Skip to main content

Avertissement

Ce site est en construction. Son contenu va croître progressivement au fil du temps. Vos remarques nous intéressent !

Nom: 
Casaubon
Prénom: 
Isaac
Date naissance: 
1559
Date mort: 
1614

né à Genève et mort à Londres. Sa famille originaire du Dauphiné s’est réfugiée à Genève pour fuir les persécutions anti-calvinistes ; toutefois, après l’édit de Saint-Germain de 1562, son père rentre à Crest où il est pasteur. Il est un enfant précoce car il parle couramment le latin, dès l’âge de 9 ans. A 19 ans, il quitte la maison paternelle pour entreprendre des études de droit, de théologie et de langues orientales à Genève. C’est là qu’en 1582 il enseigne le grec à la suite de son maître Francis Portus, décédé. Après avoir épousé Florence Estienne, fille du célèbre imprimeur, il publie de nombreuses éditions de classiques latins et grecs avec traductions, notes et commmentaires : Laerce, Aristote, Polibe, Suétone, Strabon, Théophraste, … . En 1596, il accepte la charge de professeur stipendié aux langues et bonnes lettres à l’université de Montpellier. C’est aussi la période où il engage de solides relations épistolaires avec Joseph Justus *Scaliger et Jacques-Auguste *De Thou. En 1598, il est à Lyon auprès du surintendant de la justice, Méric de Vicq, qui l’introduit à la cour d’Henri IV. Alors en quête d’un professeur pour relancer les études grecques à Paris, le roi veut lui attribuer le poste, mais, à l’occasion de la fameuse conférence de Fontainebleau, une dispute théologico-politique entre *Duplessis-Mornay et le cardinal du *Perron, il se range du côté du cardinal ce qui fait naître des réticences au sein du parti huguenot. Ensuite la conversion au catholicisme de l’un de ses fils le rend totalement suspect. Sarpi évoque avec humour et ironie la rumeur de sa conversion (1609-05-12 à Castrino). Finalement, le projet royal est abandonné mais il est nommé bibliothécaire du roi. Avec la mort du roi, en 1610, la position de Casaubon à Paris devient difficile et il répond favorablement à la proposition de Sir Henry *Wotton de passer en Angleterre. C’est le jugement très favorable de Sarpi sur cette protection anglaise qui a fait croire au roi Jacques 1er que Sarpi aurait pu s’installer à Londres. Malgré son départ, les polémiques le poursuivent car Pierre *Du Moulin, pasteur à Paris, répète à qui veut l’entendre que Casaubon n’est pas fiable. Sur la fin de sa vie, Casaubon se consacre à une vaste entreprise de réfutation des Annales du cardinal Baronio. Il est enterré à l’abbaye de Westminster.