Skip to main content

Avertissement

Ce site est en construction. Son contenu va croître progressivement au fil du temps. Vos remarques nous intéressent !

Nom: 
Castelvetro
Prénom: 
Giacomo
Date naissance: 
1546
Date mort: 
1616

né à Modène et mort à Londres. Il appartient à une famille modenaise, pénétrée des doctrines réformées. Le 28 mars 1564, il quitte sa ville en grand secret pour Lyon, à la suite de son oncle Lodovico, mais la seconde guerre de religion le fait fuir à Genève puis à Bâle, où il s’inscrit à l’université. S’en suit une longue errance qui le conduit à Londres où il est chargé de l’éducation du fils de Roger North. En 1575, avec son pupille, il entreprend un voyage en Europe jusqu’à Padoue. En août 1577, il rentre à Modène où il enseigne le français et l’anglais dans les familles nobles et, sous cette couverture, il distribue des livrets calvinistes. Il se consacre aussi à la publication des œuvres de son oncle ; en conséquence, il subit un procès en Inquisition qui le déclare relaps. Il repart pour un second exil à Londres où il ouvre une librairie spécialisée dans la littérature italienne, et devient maître d’italien du couple royal. En 1594, veuf, il part pour la Scandinavie puis il entreprend un long voyage : France, Suisse, Allemagne et Venise. Là, en décembre 1599, il entre dans la typo-librairie de Giovan Battista *Ciotti, in Marzaria, à l’enseigne de l’Aurore. Surveillé par l’Inquisition (comme le souligne Sarpi dans sa lettre 1610-08-03 à Castrino) mais protégé par l’ambassadeur Dudley *Carleton, il est arrêté en 1611 puis libéré sur intervention du Sénat vénitien en septembre 1611 (lettre 1611-09-13 à Groslot). La lettre de Carleton au doge du 30 août 1611 : … si trova ora in prigione, nominato Jacomo Castelvetro, è vechio di più di 70 anni, stroppiato e infermo, mettetelo in libertà può viver pochi anni, se è retenuto prigione morrà senza altro di melanconia e d’affanno in brevissimi giorni. (SP 99/8, f. 38). Il reprend le chemin de l’exil : Chiavenna, Paris puis Londres. Ses écrits sont imprimés à Coire, en langue italienne. En 1609, son frère Lelio est brûlé vif par l’inquisition.