Skip to main content

Avertissement

Ce site est en construction. Son contenu va croître progressivement au fil du temps. Vos remarques nous intéressent !

Nom: 
Micanzio
Prénom: 
Fulgenzio
Date naissance: 
1570
Date mort: 
1654

OSM, né à Passirano (province de Brescia) et mort à Venise. Il a reçu sa première formation au couvent servite San Rocco de Passirano puis, dès 1590, à Venise où il a rencontré Paolo Sarpi et, enfin, à Vicence à partir de 1598. Nommé professeur de théologie à Florence (1600), régent des études à Plaisance puis à Mantoue (1602) et, enfin, à Bologne (avril 1606). Ayant prêché le Carême à Udine en février-mars, il rentre à Bologne en faisant étape à Venise et il retrouve Sarpi : en juillet 1606, il est appelé par les autorités vénitiennes pour assister Paolo Sarpi dans la défense de la Sérénissime frappée par l’Interdit. Son nom figure sur le Trattato dell’interdetto (septembre 1606) à côté de celui de Sarpi et des cinq théologiens mineurs. Il devient peu à peu un alter ego de Sarpi : après la conclusion de l’affaire de l’Interdit, il est —comme Sarpi— étroitement surveillé par l’Inquisition et le nonce apostolique juge sa prédication en l’église San Lorenzo peu orthodoxe : è gran fatica di sapere se dice delle propositioni erronee, scandalose, heretiche, essendo persona di lettere et esperta, sicché mette i concetti così equivochi et mutilati che si possono intendere in più modi (nonce au cardinal-neveu du 14 mars 1609) ; il predicare la pura Scrittura et il puro Evangelio è un voler ruinare et distruggere la fede catholica (nonce au doge, le 27 mars 1609). Pierre De L’Estoile rapporte : Le mardi 22 [décembre 1609], ung mien ami m’a communiqué le billet suivant, extraict de l’original d’un avis envoié ces jours passés de Romme au roy, sur le fait de l’estat de la religion qui s’observe aujourdhui à Venize. Le pape Paul V se plaignant à l’ambassadeur de Venize, à présent résidant à Romme, des prédications hérétiques, ce disoit-il, d’un certain **** et autres, par toute la ville et seingneurie (Mémoires-journaux, Paris, Didier, 1857, p. 518). Sarpi évoque souvent cette prédication dans ses lettres 1609-03-17 1609-03-30 1609-04-28 1609-05-12 1609-05-14 à Groslot, 1609-05-12 à foscarini. En fait, son attachement forcené à ne faire référence qu’à la Sainte Ecriture, son insistance sur la justification par la foi et sur la grâce divine —ainsi que son auditoire nombreux— le placent dans une posture de réformé. Ce sont souvent des sermons rédigés avec l’aide de *Bedell, chapelain de Wotton. Micanzio est-il un biais utilisé par l’Inquisition romaine pour atteindre Paolo Sarpi ?