Skip to main content

Avertissement

Ce site est en construction. Son contenu va croître progressivement au fil du temps. Vos remarques nous intéressent !

Nom: 
Wotton
Prénom: 
Henry
Date naissance: 
1568
Date mort: 
1639

né à Boughton (Kent) et mort à Eton. De 1584 à 1588, Il fait des études de lettres à Oxford où il devient un élégant latiniste, un bon helléniste et un bon linguiste : il parlait et écrivait couramment le français et l'italien, qu’il avait appris auprès de Alberico Gentili, réfugié en Angleterre. Il parfait sa formation en voyageant longuement en Italie (en 1590, il est à venise où il rencontre Sarpi pour la première fois) et à Genève où il loge chez Isaac *Casaubon avec qui il se lie d’amitié et engage une abondante correspondance. En 1594, il entre au service du comte d’Essex, comme secrétaire particulier, et l’accompagne dans tous ses voyages et ses expéditions militaires. Après la chute de son patron, il entre au service d’un duc italien de la cour du roi Jacques VI d’Ecosse. Quand ce dernier devient Jacques 1er d’Angleterre, Wotton débute une carrière diplomatique où de nombreux membres de sa famille avaient brillé. Il part pour Venise de 1604 à 1610, accompagné de son chapelain, William Bedell, de son secrétaire particulier, Gregorio de’ Monti, et d’un employee, Giovanni Francesco *Biondi. C’est par l’intermédiaire de son chapelain, qu’il renoue sa relation avec Sarpi : il est interdit aux Vénitiens de rencontrer les étrangers mais, sous le prétexte d’enseigner l’anglais à Sarpi et à Micanzio, Bedell voyait quotidiennement Sarpi et Micanzio ; d’ailleurs, le nonce *Gessi fait part au pape de sa conviction que Sarpi et Wotton se rencontrent dans la boutique des *Sechini (Correr, dépêches du 28 février 1609 et du 4 mars 1609). Qu’il nous soit permis d’ajouter qu’une simple visite au couvent vénitien des servites permet d’établir que ce couvent est relié par un pont -accessible par une petite porte dérobée- au quai de la Misericordia où se situe la résidence de Wotton : ainsi, les visites de Sarpi à l’ambassadeur ont pu se dérouler dans la plus grande discrétion. De 1611 à 1614, il participe aux négociations de Savoie. De retour à Londres, il fait connaissance avec Antonio *Foscarini, ambassadeur vénitien. Il repart en Italie : Florence, Rome, Turin (2 fois) et Venise où il est envoyé à trois reprises : en 1604-1612, du 9 juin 1616-16 mai 1619 et en mars 1621-juin 1624 ; il a rétardé son départ à cause de la mort du doge Priuli, et il veut saluer le nouvel élu, d’autant plus qu’il s’agit de Francesco *Contarini qui a été ambassadeur extraordinaire auprès du roi, en 1610, pour la sortie de son livre. Lors de sa première ambassade vénitienne, son chapelain est Nathaniel Fletcher ; lors de sa seconde ambassade, il est accompagné de Izaak Bargrave, son chapelain, William Leete, son maître d’hôtel, John Dinely, son secrétaire ; et lors de sa troisième ambassade, il réside au palais Grimani, sur le Grand canal. Outre ses qualités politiques, Wotton a un réel talent de plume qui passe dans ses dépêches, ses lettres et des épigrammes (Reliquiæ Wottonianæ, 1651). Sa lettre du 3 septembre 1607 au comte de Salisbury fait état d’un portrait de Sarpi qu’il a fait réaliser pour le roi (perdu ? ) : I sent your Lordship with a very true portrait, in portable form, of maestro Paulo the servite, taken from him at my request, presuming that since it pleased his Majesty to bestow upon him some gracious and honourable words.
Un an après la mort de Sarpi, c’est Wotton qui aurait introduit la devise du Eton college dont il est le prévost depuis juillet 1624 : Esto perpetua, les dernières paroles de Sarpi sur son lit de mort.
& Logan Pears Smith, The life and letters of Sir Henry Wotton, Oxford, Clarendon press, 1907.