Skip to main content

Avertissement

Ce site est en construction. Son contenu va croître progressivement au fil du temps. Vos remarques nous intéressent !

A Monsieur
Monsieur Casaubona1

Excellentissime vir mihi maxime colende,

             Litteras tuas nonis septembris 1609 datas, nonis augusti recepi cum Polibiij exemplari2, quo munere me honorare voluisti. Eam undecimenstruam moram non aegre tantummodo, sed et impatienter tulissem, nisis ejus gustum aliquem percipere potuissem ex aliis exemplaribus, quæ multa huc adducta sunt, et curiose recepta. Quantum eo nomine tibi debeam, et quas gratias habeam, quia non satis exprimere valeo, silentio prætereo.
De Polibio dicam, me illi gratulari, quod demum ei talis interpres obtigerit magno litteratorum bono et gaudio.

Paucos post dies aliæ tuæ litteræ 7 kal. augusti3 datæ advenere, quibus meas recepisse significas, illasque non iniucundas fuisse, eam ob rem, maxime gaudeo. Quæ scribis probo, et illud in primis, quod ais non bene facere, qui omnia veterum vestigia delent, an vero ab aliquibus ita factum fuerit ambigo; video enim ea omnia manere, quæ ad initio immutabilia constituta sunt, mutationem vero subiisse, quæ mutabilia suapte natura erant. Vide rogo Tertulianum in initio libri De velandis virginibus4, si non totidem verbis idipsum ostendat. Esse quosdam morbos (aiunt medici) qui curati non possint, nisi omnibus corporis humoribus evacuatis, aliisque substitutis, solidis partibus remnentibus, an huic regulæ locus fuerit in hac medicina non disputo, sed illud libens dixerim, si solidæ animalis partes cunctæ maneant, animal totum mansisse.
Et mansit, et manet, et manebit, quod a Deo constitutum est, externa facies si mutata fuerit, stat tamen (apostolus ait) firmum Dei fundamentum, habens signum hoc, suos Dominus novit.

Laudo quod eos averseris, qui patres invitos in suam sententiam trahere conantur. Nae hoc vehementer illos offendunt quod eis vim inferunt, verum non minus iniurii sunt quod magis estimant, quamse existimandos illi censuerunt. Qui a patribus doceri vult, et qui illis credit, hoc ab eis primum discat, quantum fidei illis adhiberi oporteat; hoc argumentum (ut et reliqua) copiose et exacte Augustinus tractavit in locis quæ obvia omnibus sunt, quæ si in gratiam mei omnia simul colligere et examinare iterum visum fuerit, forte non tantum his tortoribus indignaberis; abusus magnarum rerum maxime reprehenduntur, minimarum negliguntur; ius non indignari huic publico abusui, levem esse cognosce. Et si Augustini locis obviis et ab omnibus allegatis addideris, locum 2 Retractationes5, c. 18 libentius in hanc sententiam concedas. Cum vero videas et vestros et nostros absurda comminisci, rogo ne stomacheris.
Et prudentissimus vir monuit non ita bene cum rebus humanis agi, ut pars maior melior sit. Nemo sapiens publicos morbos corrigere parat. Satis tibi sit, si me emendaveris. Prestantissimus sapientiæ advertit, non esse morbi expertem eum, qui communem insaniam ferre non valet, sed indignatur et corrigi posse putat. Cum veritatem perspicere tibi Deum donaverit, Timotheum imitare, cave tibi et musis, iustus ex fide sua vivet. Reliquos mitte, satis magnum theatrum te ipsum habiturus.
Utinam ego is essem, qui te consilio possem iuvare, in ea re totus incumberem, sed quem bene valere putas, fortasse periculosius aegrotat.
Deum rogo, ut quæ moliris presertim de te in libertatem vindicando, qua nihil charius homini esse debet, in suam gloriam vertat, teque omnibus bonis et presentis et futuræ vitæ cumulet. Vale
Venetiis, 17 augusti 1610

Humillimus servus
F Paulus

  • 1. Voir Notices biographiques : Isaac Casaubon.
  • 2. Polybe (200-120 av. J.-C.), Historiarum libri qui supersunt. Isaacus Casaubonus ... emendavit, latine vertit et commentariis illustravit. Commentarius de toleranda obsidione Is. Casaubonus ... latinam interpretationem ac notas adjecit..., Parisiis, H. Drovardum, 1609, 2 part. en 1 vol., in-fol. Il s’agit du seul ouvrage de Polybe (206-124 a.C) qui nous soit parvenu : l’Histoire générale de la République romaine qui raconte « comment et par quel mode de gouvernement presque tout le monde habité  … est passé sous une seule autorité, celle de Rome » (Livre I). Isaac Casaubon qui vient de rééditer l’ouvrage en a envoyé un exemplaire à Sarpi et un autre à Domenico Molin, conservé à la bibliothèque Marciana de Venise (coll. 131.D.6), avec dédicace : D. Dominico Molino, senator veneto et amico honorando.
  • 3. Pour exprimer la date en latin, suivant le calendrier romain julien, il faut établir un calcul à partir des trois jours : calendes (1er jour du mois), nones (5e ou 7e jour) et ides (13e ou 15e jour). Ici, les nones (nonis) d’août ou de septembre correspondent bien au 5 septembre et au 5 août. Après les ides, le calcul part des calendes du mois suivant : le 7e jour avant les calendes d’août est le 25 juillet.
  • 4. Dans ce traité en 17 chapitres, Tertullien (155-222) s’interroge sur le port du voile par les femmes. En son temps, les femmes pubères (au-delà de l’âge de 12 ans) doivent être couvertes dans la rue et à l’église, le théologien engage un débat : doivent-elles cacher seulement leur cheveux ou tout le visage comme dans la société arabe pré-islamique (17,4) ? il répond en qualifiant la dissimulation totale de barbarior.
    Il évoque par ailleurs la regula fidei (1,4) déjà définie dans son traité De præscriptione hæreticorum, § 13 : qu’il n'y a qu’un seul Dieu qui n’est autre que le Créateur du monde ; que c’est lui qui a tiré l’univers du néant par son Verbe émis avant toutes choses ; que ce Verbe fut appelé son Fils, qu’au nom de Dieu il apparut sous diverses figures aux patriarches, qu’il se fit entendre en tout temps par les prophètes afin qu’il descendît par l’Esprit et la puissance de Dieu le Père dans la Vierge Marie, qu’il devint chair dans son sein et que né d’elle il revêtit Jésus-Christ ; qu’il proclama ensuite la loi nouvelle et la nouvelle promesse du royaume des cieux, qu’il fit des miracles, qu’il fut crucifié, qu’il ressuscita le troisième jour, qu’enlevé aux cieux il s’assit à la droite du Père ; qu’il envoya à sa place la force du Saint-Esprit pour conduire les croyants ; qu’il viendra dans une gloire pour prendre les saints et leur donner la jouissance de la vie éternelle et des promesses célestes et pour condamner les profanes au feu éternel, après la résurrection des uns et des autres et le rétablissement de la chair.
  • 5. Les Rétractations ont été écrites par Augustin vers 426 ; il y fait l’inventaire de ses ouvrages. Le second livre traite des ouvrages écrits pendant l’épiscopat et il débute par les deux chapitres à Simplicien, évêque de Milan, à propos de l’épître de Paul aux Romains.
texte_alternatif
TypeCopie
ScripteurMarco Fanzano
Chiffrementnon chiffrée
Signature

f. Paulus

LieuVenise
Source

BL, Burney, 365, f. 288r-v

Editions précédentes
  • G. Cozzi, 1959, lettre XIII, p. 289

  • G. Da Pozzo, 1982, lettre XX, p. 636-638